Chargement Évènements

« Tous les Évènements

[REPORTÉ] Que cache la santé sexuelle ? L’éducation sexuelle face aux « perversions », mise en perspective historique

4 juillet à 11 h 30 - 12 h 00

Communication de David Simard dans le cadre des Journées francophones de sexologie et de santé sexuelle, le samedi 04 juillet.

Introduction

Les discours de santé sexuelle utilisant nommément le terme et ceux de perversion sexuelle se sont développés au cours du XIXe siècle, dans des aires géographiques et culturelles distinctes : l’aire anglo-américaine pour les premiers, et l’Europe continentale pour les seconds. Ces deux types de discours recoupent, sans qu’elle s’y réduise, une opposition entre la sexualité normale d’un côté, et la psychopathologie sexuelle de l’autre. Dans ce cadre, le concept de santé sexuelle apparaît comme l’opposé de celui de perversion sexuelle. Plus précisément, si en France et dans l’aire germanophone, on a assisté à une prolifération du discours sur le sexe par sa pathologisation (Foucault, 1976), en Grande Bretagne et surtout aux États-Unis, cette prolifération s’est opérée sur un mode santéiste (Simard, 2019).

Or, l’opposition entre santé sexuelle et perversion sexuelle a particulièrement été opérante au début du XXe siècle aux États-Unis avec la massification de l’école. La santé sexuelle comme phase de l’éducation sexuelle a eu pour fonction de garder au secret les perversions décrites par la psychopathia sexualis ainsi que par la récente psychanalyse, et les maladies vénériennes associées aux perversions et au vice. C’est particulièrement le cas chez un auteur majeur de l’hygiène sociale américaine, Maurice Bigelow, l’un des premiers à définir de manière précise la santé sexuelle dans l’éducation sexuelle (Bigelow, 1916). La présente communication se propose de mettre en lumière l’usage de l’éducation et de la santé sexuelles comme mise au secret, au début du XXe siècle, de ce qui pourrait corrompre les jeunes esprits à éduquer. Il s’agit ainsi de faire découvrir une phase de l’histoire de la sexualité méconnue par les travaux contemporains focalisés sur les usages du concept de santé sexuelle depuis son institutionnalisation par l’OMS, ainsi que par les approches foucaldiennes, centrées sur les discours de l’anormalité sexuelle.

Méthode

La méthode utilisée pour repérer et décrire l’usage du concept de santé sexuelle exposé ci-dessus, repose sur une recherche lexicographique et une étude conceptuelle et historique qui, au lieu de se limiter à la période débutant avec l’institutionnalisation du concept de santé sexuelle par l’OMS (Giami, 2002 ; Sandfort et Ehrhardt, 2004 ; Edwards et Coleman, 2004),  s’est étendue au XIXe siècle et à la première moitié du XXe siècle (Simard, 2019). Les textes de Bigelow ont ainsi pu être mis en évidence. Nous proposons de rendre compte de l’un d’eux en particulier, dans lequel l’auteur situe précisément la santé sexuelle dans l’éducation sexuelle, et cette dernière en regard de la production scientifique sur les « anormalités » sexuelles du tournant du XXe siècle.

Résultat

Le discours d’hygiène sexuelle de Bigelow enjoint à taire l’abord psychopathologique, mais par la médiation de l’éthique sexuelle. L’enseignement des moyens de la santé sexuelle ne suffit pas, en effet, à garantir les bonnes conduites sexuelles au sein du mariage. La mise au secret des perversions sexuelles ne procède donc pas seulement de l’hygiénisme, mais aussi de la morale, qui vient compléter l’éducation sexuelle.

Conclusion

La mise au secret de la part inavouable du sexe, pathologisée et condamnée moralement par le discours de santé et d’éthique sexuelles de l’hygiène sociale américaine, apparaît comme une manière d’échapper aux techniques de l’aveu, auxquelles Michel Foucault tend à ramener tout le champ des sciences du sexe. Si pour ce dernier, le rôle du secret était de faire valoir l’exigence de parler du sexe dans sa dimension la plus intime (Foucault, 1976), Bigelow propose plutôt une manière de n’avoir rien à avouer, grâce à un encadrement de la sexualité par l’angle de la santé et de l’éthique comme objet de l’éducation sexuelle. Le secret joue alors bien sa fonction de silenciation plutôt que celle de prétexte et d’injonction à dire.

Bibliographie

Bigelow M A. Sex-Education. A Series of Lectures Concerning Knowledge of Sex in its Relation to Human Life. New York: MacMillan; 1916

Edwards W M, Coleman E. Defining Sexual Health: A Descriptive Overview, Arch Sex Behav 2004;33(3):189-95

Foucault M. Histoire de la sexualité 1. La volonté de savoir. Paris: Gallimard; 1976

Giami A. Sexual Health: The Emergence, Development, and Diversity of a Concept. Annu Rev Sex Res 2002;13(1):1-35

Sandfort T G M, Ehrhardt A A. Sexual health: A useful public health paradigm or a moral imperative? Arch Sex Behav 2004;33(3):181-7

Simard D. La santé sexuelle, genèse et usages d’un concept. Étude d’épistémologie historique, XIXe – XXIe siècles. Thèse de doctorat. Créteil: Université Paris Est; 2019

Détails

Date :
4 juillet
Heure :
11 h 30 - 12 h 00
Catégorie d’Évènement:
Site Web :
https://www.jf3sexo.fr/

Organisateur

AIUS
Site Web :
https://www.aius.fr

Lieu

Cité des Congrès de Nantes
5 Rue de Valmy
Nantes, 44000 France
+ Google Map
Site Web :
https://lacite-nantes.fr/