Thèse de doctorat

Depuis la rentrée universitaire 2014-2015, je prépare une thèse de philosophie au sein de l’école doctorale Cultures et Sociétés de l’Université Paris-Est, sous la direction de Roberto Poma. Je suis rattaché à l’unité de recherche Lettres, Idées, Savoirs (LIS – EA 4395) de l’Université Paris Est – Créteil (UPEC).

Titre de mon projet de thèse : « Médicalisation de la sexualité : des perversions à la santé sexuelle. Enjeux épistémologiques, anthropologiques et politiques ».

Descriptif de la thèse : Promue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la lignée de sa notion générale de santé et de sa notion de santé mentale, la notion de santé sexuelle voit son usage se développer au niveau international à l’époque contemporaine. Or par celle-ci se trouvent véhiculées une représentation de la sexualité dite positive associée à l’idée de bien-être, et partant des normes pour une sexualité saine, à travers des discours frappés du sceau de la médecine mais aussi de la psychologie.

Ce travail de thèse a ainsi pour objet de problématiser la notion de santé sexuelle en mettant en lumière ses présupposés notamment anthropologiques, en la confrontant à  ce qui en paraît l’opposé, à savoir les perversions. Ces dernières sont elles-mêmes fluctuantes à travers l’histoire quant à leur représentation, comme en témoignent le sort réservé en particulier depuis le XIXe siècle à l’homosexualité et les évolutions des classifications internationales des troubles mentaux au cours du XXe siècle (CIM, DSM), et l’émergence du terme de paraphilie. Elles permettent de situer clairement la problématique de la santé sexuelle au carrefour de questions anthropologiques, de philosophie de la médecine et de construction de normes sociales.

Mon profil sur le site du LIS, these.fr