Le genre est bien affaire de théorie

Cet article a initialement été publié en février 2014 sur le site amouretsexualite.com.

Depuis que les courants religieux réactionnaires et d’extrême droite ont popularisé en France l’expression « théorie du genre » dans un sens péjoratif, nombre de promotrices et promoteurs des études sur le genre clament que le genre n’est pas de la théorie, opposant qu’il s’agit d’un fait. Or ce faisant, elles et ils s’inscrivent dans une posture théorique, qui consiste à nier la valeur et la réalité du travail de théorisation effectué par les études sur le genre, validant ainsi l’acception dévalorisante et anti-intellectualiste qu’en donnent leurs opposant-e-s.

 Un refus patriarcal de l’égalité entre les sexes

 Avec l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe en France, les courants religieux réactionnaires et l’extrême droite ont entrepris, relayés par toute une partie de la droite, de s’en prendre au gouvernement actuel qu’ils considèrent, traditionnellement, comme illégitime au pouvoir du fait de son étiquette de gauche. Ils défendent ce faisant des valeurs traditionalistes, touchant en particulier la place des femmes dans la société, et réagissent ainsi avec véhémence, mais aussi mensonges, manipulations et délires, aux évolutions concernant le mariage et la famille, qui viennent défaire les hiérarchies sociales du passé entre les hommes et les femmes. La figure de l’homosexuel (surtout homme) se trouve alors elle aussi visée, considérée comme l’emblème de la confusion des sexes par la supposée dévirilisation de l’homme qu’elle symboliserait. Ces courants sont par ailleurs renforcés dans leurs positions et leur activisme par le pouvoir actuel, qui semble craindre de les affronter et d’assumer pleinement la défense de l’égalité entre les sexes et le refus des discriminations en raison de l’orientation sexuelle, jusqu’à la censure du mot « genre » par les ministères. En outre, plusieurs membres du gouvernement ne maîtrisent manifestement pas les questions sur le genre, faute de théorisation solide.

La « théorie du genre » comme repoussoir fantasmatique

L’une des forces de ces mouvements de contestation réactionnaire est d’arriver à imposer par le langage des falsifications mentales. La première de ces falsifications a été d’appeler « manif pour tous » une organisation dont le principe fondamental est d’exclure : exclusion des homosexuel-le-s de la possibilité de se marier, exclusion des formes et des réalités familiales autres que la traditionnelle (un-papa-une-maman), et en ligne de mire, exclusion des femmes de l’égalité juridique (les mêmes droits que les hommes) et sociale (l’accès aux mêmes rôles sociaux que les hommes et inversement).

L’expression « théorie du genre » (ou du « gender » pour renforcer le mépris qu’ils lui portent) est un autre tour de forces de ces courants, qui en ont imposé une acception négative et péjorative. La théorie est ici considérée comme fumeuse, déconnectée des réalités, produit d’une imagination délirante faisant fi des évidences du bon sens et des faits. Associée à la notion de genre, elle sert ainsi de déversoir et de réceptacle aux fantasmes les plus fous, comme ceux véhiculés par Farida Belghoul via un SMS envoyé surtout à des parents musulmans en Île-de-France et appelant à retirer leurs enfants de l’école pour les sauver de l’ignominie et de la destruction mentale et psychologique… Il s’agit en réalité pour l’ancienne militante antiraciste des années 1980 devenue proche en 2013 du militant d’extrême droite national socialiste Alain Soral, de lutter contre l’ABCD de l’égalité, ensemble d’outils pédagogiques conçus pour amener les élèves à prendre du recul et à exercer un regard critique face aux stéréotypes concernant les filles et les garçons (avec par exemple une peinture d’Auguste Renoir montrant que dans la seconde moitié du XIXe siècle, les enfants filles et garçons étaient habillé-e-s de la même façon jusqu’à l’âge de 6-7 ans, en robe ; ou une étude des représentations de la femme et de l’homme dans des contes comme La Belle au bois dormant).

Une riposte par le genre comme réalité factuelle

Plusieurs féministes, militant-e-s, chercheuses, chercheurs et politiques ont répondu qu’il n’existe pas de théorie du genre, et qu’au contraire le genre est dans les faits. Le ministre de l’Education Nationale Vincent Peillon a même déclaré fin janvier à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement que l’Education nationale refuse la théorie du genre (3:15). De son côté, le magazine en ligne Yagg qui cible les lesbiennes, gays, bis et trans, se réjouit  du fait que la présidente de la « Manif pour tous » Ludovine de La Rochère ait dit sur Canal + que la théorie du genre n’existe pas, comme s’il s’agissait d’une petite victoire. Or, ce positionnement qui consiste à réfuter l’existence d’une théorie du genre me paraît problématique, en ce qu’il semble ignorer le sens épistémologique du mot « théorie », validant ainsi l’acception qu’en relayent les courants réactionnaires et d’extrême droite, qui imposent de ce fait les termes du débat.

Le genre est bien théorique…

Face à la réfutation de l’existence d’une théorie du genre, quelques voix ont d’ailleurs tenté de se faire entendre pour rappeler non seulement que les questions de genre appartiennent bien à un champ de travail théorique, mais aussi que les constructions théoriques sont au fondement des études scientifiques, y compris en sciences humaines et sociales. C’est le cas de l’historien des idées François Cusset, du philosophe Guillaume Le Blanc ou encore du sociologue Didier Eribon, interrogés par le Nouvel Observateur dans un article intitulé : « Genre : « Soyons fiers de faire de la théorie ! » » La philosophe féministe américaine Judith Butler insiste quant à elle sur la dimension théorique des études sur le genre, et en souligne le caractère pluriel, que l’expression « théorie du genre » au singulier tend de fait à masquer.

S’il existe un sens péjoratif du mot « théorie » repris par les mouvements réactionnaires et d’extrême droite dont l’anti-intellectualisme, c’est-à-dire la lutte contre tout travail de pensée critique, est un marqueur idéologique aussi bien que stratégique, il en existe également un sens valorisant dès lors que l’on est sensible à ce travail de pensée, comme activité de construction intellectuelle qui tente de rendre compte de la réalité. Il est alors pour le moins étonnant que des intellectuel-le-s se contentent de faire leur l’utilisation dénigrante du mot « théorie », en allant dans le sens rhétorique de leurs adversaires idéologiques. Il convient au contraire à mon sens de combattre à la fois les fantasmes colportés par l’acception réactionnaire de l’expression « théorie du genre » et l’anti-intellectualisme qu’elle véhicule. Pour cela, au lieu d’opposer les faits à la théorie pour tenter de défendre la pertinence du concept de genre dans l’analyse de la société, il semble plus indiqué de revendiquer la dimension théorique des études sur le genre, en rappelant que tout travail rigoureux de compréhension de la réalité procède par théorisation.

… et les faits ne sont pas bruts

Par ailleurs, opposer les faits à la théorie comme le font les promotrices et promoteurs du concept de genre relève d’une posture elle-même théorique, dont le présupposé philosophique est que les faits existent de manière indépendante et qu’ils parlent d’eux-mêmes. En somme, il existerait des faits bruts. Or, les faits ne parlent pas d’eux-mêmes, car ils sont toujours parlés d’une manière ou d’une autre. Pour le dire autrement, le sens d’un fait n’est pas produit par le fait lui-même, mais par la personne, ou le groupe, qui considère ce fait. Et toute personne comme tout groupe appréhende les faits à travers un prisme d’interprétation, construit par des références sociales et culturelles. C’est d’ailleurs exactement ce que disent les féministes lorsqu’elles et ils dénoncent les perceptions patriarcales des hommes et des femmes et de leurs rôles supposés naturels : qu’il s’agit de représentations socialement et culturellement construites, qui constituent des prismes d’interprétation des sexes et des comportements. Les féministes n’échappent pas à ce type de rapport au monde, elles et ils perçoivent celui-ci à travers des grilles d’interprétation qui peuvent être particulièrement raffinées lorsqu’elles sont élaborées intellectuellement, c’est-à-dire lorsqu’elles font l’objet de constructions théoriques, comme c’est le cas dans le champ pluriel des études sur le genre. Ainsi, les faits sont des éléments pris dans une chaîne de raisons qui les relie entre eux et qui leur donne leur sens, chaîne de raisons elle-même produit de l’esprit qui élabore une théorie pour comprendre le monde, esprit lui-même immergé, par l’entremise du corps, dans un monde social et culturel inscrit dans une histoire, qui lui fournit des cadres et des outils d’interprétation. Dès lors, comme le disait le philosophe des sciences Gaston Bachelard dans Le rationalisme appliqué : « Que la Terre tourne, c’est (…) là une idée avant d’être un fait. Ce fait n’a primitivement aucun trait empirique. Il faut le mettre à sa place dans un domaine rationnel d’idées pour oser l’affirmer ».

L’empirisme philosophique des « faits bruts » et le conservatisme politique

La théorie des « faits bruts », elle, s’inscrit dans les courants de pensée philosophiques dits empiristes. Pour résumer, ces courants considèrent que la connaissance dérive tout entière de l’expérience, c’est-à-dire de la perception des choses par les sens. Les idées se formant dans l’esprit, y compris les plus générales et abstraites, seraient le résultat, par induction, de ces perceptions sensibles. Le fait brut, ici, est celui immédiatement perçu par les sens et qui vient imprimer l’esprit, considéré comme une table rase – c’est-à-dire dépourvu de toute grille d’interprétation -, de façon tout aussi immédiate.

Si l’intérêt philosophique de l’empirisme a consisté à élaborer notamment des théories de la connaissance et des méthodes expérimentales dans les sciences contre les approches métaphysiques et religieuses posant une primauté de l’esprit (de l’âme) sur le corps, sa principale limite réside dans son incapacité à rendre compte de l’interaction entre les humains et le monde et des manières dont les humains, loin d’être seulement façonnés par le monde à travers l’expérience sensible, façonnent eux-mêmes le monde et lui donnent sens. Sur le plan politique, l’empirisme est ainsi en cohérence avec le conservatisme, et les féministes étudiant le genre considéré comme un fait au lieu d’une théorie devraient y songer, dès lors qu’on se donne comme but de changer les sociétés pour asseoir l’égalité entre les sexes. L’empirisme ne permet pas de comprendre qu’une société change et qu’il y ait ainsi histoire, parce qu’opposant l’expérience sensible et les faits bruts aux conceptions métaphysiques de la connaissance pour lesquelles les idées sont déjà dans l’esprit avant toute expérience avec et dans le monde, il a évincé la dimension théorique de la connaissance nourrie des rapports au monde social et culturel et son histoire, empêchant ainsi en principe (auquel il déroge cependant lui-même) de pouvoir penser autre chose que ce qui est (les faits bruts) et de pouvoir penser ce qui est comme négation d’autre chose.

Conclusion

Les controverses sur la « théorie du genre » véhiculent, comme on le voit, des présupposés philosophiques, qu’il n’est pas inutile de mettre en lumière. Cela permet de comprendre notamment qu’opposer les faits à la théorie concernant le genre est déjà une position théorique, et pas seulement sur le genre. De plus, le champ des études sur le genre est lui-même constitué de divers courants théoriques, qui peuvent aller jusqu’à s’opposer. Loin de pouvoir affirmer que le genre n’est pas théorique, c’est au contraire à toute une richesse théorique que les études sur le genre nous ouvrent. Encore faut-il être convaincu-e et rappeler que l’exercice de théorisation est l’un des plus élevés que l’on peut produire sur le plan intellectuel, au lieu de laisser les anti-intellectualistes imposer leur rhétorique.