Injonctions genrées : le carcan du mâle puissant, paradoxale soumission à la norme

Cet article a initialement été publié sur le site A Contrario (www.acontrario.net) en avril 2013.

Valérie CG soulignait récemment le fait que le système patriarcal avait également des conséquences sur les hommes, et que le rôle que notre société leur assigne les enferme dans des comportements normés (cliquez ici) dont ils gagneraient à s’émanciper, tout autant que les femmes gagnent à s’émanciper des assignations genrées… Voici une parfaite illustration de cette prison symbolique qu’est la norme genrée. Y compris pour les hommes.

La société Levrat, qui œuvre dans les domaines de l’industrie et du bâtiment, a publié lundi 08 avril ses excuses à propos de son annonce de recrutement sur son site web :

L’annonce de départ a en effet fait le « buzz » sur twitter, par exemple ici :

C’est d’ailleurs par ce tweet de « ProseFTW » que j’ai découvert le texte qui provoquait une telle réaction. Le voici :

A sa lecture, et bien que tout à fait conscient du fait que les représentations genrées des hommes et des femmes sont très prégnantes dans notre société et fonctionnent comme des prescriptions, et conscient également que celles concernant les hommes sont utilisées dans le monde du travail comme un moyen de leur exploitation, j’ai tout de même été estomaqué. Et si la société Levrat s’est excusée (auprès de ses clients, collaborateurs et amis uniquement masculins, bien que la société, comme elle le rappelle elle-même, emploie 65% de femmes, et sans considérer elle-même comme honteux, scandaleux et déplacé un tel texte, soi-disant humoristique…), cette annonce mérite que l’on y revienne.

Tous les poncifs du « vrai homme » y passent, en deux temps : d’abord l’annonce enfile tout ce qu’un « vrai homme » n’est pas censé être, ensuite sont listées les qualités supposées du « vrai homme ».

Ainsi donc, pour commencer, un-homme-un-vrai n’est pas physiquement rabougri, il n’est pas psychologiquement fragile (« pas des complexés, des inhibés, des anxieux, des bilieux dévorés d’inquiétude, des timorés »), ce n’est pas un poids pour les autres (« surnuméraires, « amateurs », bénévoles », « fil-à-la-patte »), ni un indécis ou un faux brave (« velléitaires », « tranches-montagnes », « braves à trois poils », « matamores »), pas non plus un excité que l’on ne tient pas (« hyperexcités ») ni un gars trop « cool » (« débraillés sympathiques »). Dit autrement, ce n’est pas une « gonzesse » ni un « pédé », et pas non plus un fainéant ni un emmerdeur. Et pour les candidats qui n’auraient pas compris, l’annonce en rajoute sur ce que n’est pas le vrai homme que Levrat recrute : un « jambes molles » (fragilité, indécision ?), un « délicat » (typiquement féminin ou homosexuel ?), un « fin de carrière » (qui va se tourner les pouces en attendant que le  temps passe ou trop usé pour être énergique ?), un « soupçonneux » (qui n’obéira pas sans broncher ?), un « désincarné », « télépathe de l’action commerciale » (qui ne sera pas assez impliqué, prêt à tout sacrifier pour les objectifs de son boulot ?).

Vient ensuite le passage de l’annonce qui désigne les qualités qui sont celles d’un « vrai homme ». Celles-ci sont physiques et organiques, pour ne pas dire mécanicistes. Même ce qui renvoie à des qualités psychologiques emploie un vocabulaire organiciste : avoir de l’estomac, du nerf, du cœur au ventre, du sang dans les veines. Le discours sous-jacent est celui de la performance, celle par laquelle un homme est vraiment un homme et qui fait la force consubstantielle de l’homme véritable (efficacité, énergie – l’énergie est d’ailleurs répétée deux fois). Force avec laquelle il va tout dévorer (« un ogre »).

Le « vrai homme » dépeint dans cette annonce est donc un gagneur qui en veut et qui en a. La description sciemment machiste qui en est faite participe sans aucun doute d’un choix de communication de recrutement délibéré, dont on peut supposer que l’angle doit lui-même galvaniser les candidats potentiels pour qu’ils désirent correspondre à l’image de force masculine véhiculée par l’annonce.

La manipulation commence ainsi par le texte de l’annonce elle-même. Quelle est-elle ? De prétendre rechercher des hommes forts alors qu’il s’agit de recruter des hommes soumis, et de faire adhérer en amont du recrutement les candidats à l’idée de virilité qu’ils incarneraient et par laquelle ils se soumettraient en réalité aux exigences de leur employeur. Est en effet placé du côté des tares, et avec insistance, tout ce qui pourrait conduire à la contestation des rythmes et conditions de travail : « des paresseux », « des comptables d’heures supplémentaires », « des surnuméraires », « des hyperexcités » (des contestataires ?), « des soupçonneux » (idem ?). A contrario, sont valorisées, sous couvert de qualités du « vrai homme », l’ardeur et la disponibilité au travail sinon le sacrifice, et l’efficacité dont on sait qu’elle est un mot derrière lequel se cache la fixation d’objectifs exagérés pour maintenir l’employé sous pression constante dans un rapport de domination et obtenir toujours plus de lui (« un ogre » qui va surtout contribuer aux profits de l’entreprise). Et on peut imaginer que la soumission et le sacrifice de sa vie extra-professionnelle puissent être particulièrement considérés comme des qualités pour une société qui, au final, après une annonce faites d’élans lyriques autour de la représentation du mâle qui en a et en veut, cherche à recruter des attachés commerciaux, dont des itinérants sur tout le territoire…

Ce genre d’imagerie viriliste ne date pas d’hier. Il n’est pas non plus nouveau qu’elle soit employée à des fins de soumission des hommes sur leur lieu de travail. Et mieux cette imagerie est intériorisée par les hommes qui s’y soumettent, mieux ils participent non seulement à leur propre soumission, mais aussi à celle de leurs collègues, qu’ils pointeront du doigt s’ils ne répondent pas eux-mêmes à cette imagerie viriliste. Je n’avais cependant pas eu l’occasion de lire auparavant une annonce qui en joue si directement (ce qui ne signifie pas qu’il n’en existait pas déjà).

Les injonctions genrées sont, à bon droit, dénoncées par les féministes, dans la mesure où elles cantonnent les femmes à des rôles et des comportements prétendument féminins par nature. Et si l’égalité juridique a pu être conquise en France, il reste encore du chemin à faire pour que, tant dans les situations sociales que dans les représentations, les femmes ne soient plus défavorisées, d’une manière générale, par rapport aux hommes.

Mais les injonctions genrées concernent aussi les hommes. Plus, celles qui touchent les femmes n’existent pas indépendamment de celles qui touchent les hommes, et ces dernières sont construites en lien avec celles qui touchent les femmes (qui fonctionnent comme un repoussoir, avec l’idée qu’un homme qui aurait des qualités dites féminines serait un « pédé », image supposément dégradée de l’homme), les unes et les autres étant articulées de sorte qu’elles font système. En ce sens, lutter contre ces injonctions et l’organisation sociale qu’elles favorisent n’est pas que l’affaire des femmes, mais aussi celle des hommes. Les deux sexes y ont intérêt.